Freedom…Qten Plus!

anti rides

Merci à Anaïs de m’avoir confier ce projet dessin pour son texte, j’ai adoré dessiner l’effet miroir !

:)

Rimpels

Non je ne vous fais pas une démonstration de mon parfait bilinguisme (d’ailleurs je suis quadrilingue, moi, ja, je wist het niet ? no lo sabes ? Didn’t you know it ? non lo sai ?), j’ai juste une question à vous poser, et ce mot m’est venu directement en tête : rimpels, sans doute influencée par la pub que je suis.  Enfant de la télé, enfant de la pub.

Vous y croyez, vous, aux anti-rides ?

Depuis que j’ai 14 ans, je lis dans la presse « dès vingt ans, votre peau perd de son élasticité, les cellules se dégradent, la tonicité se perd, votre organisme se détériore, commencez à être vigilante ».  Glups.  Ça fait peur.  A peine sortie de l’adolescence, débarrassée de mes pustules récurrentes, me voilà à la porte du troisième âge de l’épiderme !

Aurais-je dû, dès vingt ans, me rendre chez un chirurgien esthétique afin de prendre rendez-vous pour un mini lifting ?  Mais quand j’avais vingt ans (oui, au siècle dernier) la chirurgie esthétique n’était pas encore à la mode.  Est-il encore temps, à mon âge avancé, de remédier à ma situation déjà grave ?

Meuh non ma bonne Dame, plus besoin de chirurgie, il suffit d’utiliser des crèmes ANTI-RIDES.

Oui mais lesquelles ?  Y’a les Q10, celles aux liposomes ou aux lysosomes (qui peut traduire), celles au rétinol ou au prorétinol (plus pro que le rétinol simple ?), celles à la créatine (avec effet créatif je suppose), celles au collagène tenseur (censé retendre les peaux molles j’imagine), celles à la pectine de fruits (salade de fruits, jolie jolie jolie), celle au proxilane et à l’isobioline (on n’y pige que dalle et c’est le but ultime : faire croire à la consommatrice que tout cela est hautement scientifique), celles au gingembre dermo-décrispant (aphrodisiaques en bonus ?), celles en quatre phases qui rénovent l’épiderme de l’intérieur (ça fait peur, non, ces crèmes qui passent sous la peau avec leur truelle et leur mortier pour remettre tout ça à neuf ?),

A demi convaincue, mais tout de même stressée par l’apparition de ces petites ridules, là, au coin de l’oeil, vous les voyez, mais si, approchez encore, encore, encore, là, on les voit bien mieux de près, ainsi que par cette ride d’expression-du-front – également appelée ride du mascara, parce que je hausse systématiquement les sourcils les rares fois où je tente de me faire un œil de biche – devenue en une nuit une ride qui persiste même au repos (ô rage ô désespoir), je me décide enfin à m’acheter une crème miracle.

Problème.  Le prix est-il synonyme de garantie ?  Non passqu’entre la crème Nivéa à 12,89 eur, la crème Dior à 119,99 eur, et la crème au caviar à 399,29 eur, le choix est cornélien.  J’aurais tendance à m’imaginer que plus le prix est élevé, plus mon visage va s’illuminer, mais pour une telle somme, je peux m’offrir une écharpe Strelli… Le choix est vite fait !

Et vu que je n’ai (toujours) pas gagné à l’Euromillions (encore faudrait-il que je joue), je m’offre un minuscule tube censé me rendre l’œil de biche de mes quinze ans ainsi qu’un moins petit tube supposer remodeler l’ovale de mon visage.  Prix total : 25 eur.  Sera-ce suffisant pour mon visage de trentenaire ?

Et c’est parti.  La nuit venue, je me couche dans mon lit oblique, j’avale mes quinze gelules-santé-parfaite, et j’attaque l’opération « sus aux rides ».  Vas-y que je me tapote le contour de l’œil avec ma crème miracle.  Et que je masse doucement ledit contour en insistant bien sur les zones à risque (c’est eux qui le disent).  Et que je me tamponne les joues avec cette mixture grasse et épaisse.  Et que j’insiste bien sur les zones infectées par les rides (c’est aussi eux qui le disent).  Au final de cette longue opération, je ressemble à un ver luisant.  Condamnée à dormir sur le dos, afin d’éviter de contaminer mon pauvre oreiller non ridé.  Heureusement que je ne partage mon lit qu’avec mon coussin de noyaux de cerises (c’est de saison, les bouillottes…), sinon je pressens que ce genre de potion soit un véritable remède contre l’amour.

Le lendemain matin, je m’observe en long et en large dans le miroir de ma salle de bains.  Est-ce un effet placebo où le résultat commence déjà à se voir ?  Ah non, j’ai oublié de mettre mes lunettes en me levant…

Et puis après tout, les rides, je m’en tamponne.

Une réponse à “Freedom…Qten Plus!”

  1. Anaïs dit :

    mais c’est moi qui te remercie, de ne jamais râler lorsque je te soumets mes idées loufoques (toujours urgentes, ou presque), que je te harcèle par mail. Et puis merci pour ton talent, très talentueusement talentueux.
    gros bizzz

Laisser un commentaire